La plume est plus forte que l’épée…et qu’un formatage parfait : 3 outils pour le scénariste

Il y a plus de dix ans, j’ai découvert la scénarisation alors que je m’apprêtais à déménager en Californie et que je venais de suivre un cours sur la novella à l’université Concordia. En quoi ces deux éléments sont-ils connectés?

D’une part, en préparation à mon séjour en sol américain, j’ai fait des recherches. Mon besoin d’établir un contact avec d’autres écrivains locaux une fois rendue là-bas, question de ne pas être trop dépaysée et déboussolée, m’a amenée à constater que les scénaristes pullulaient dans ce coin de la planète — réalisation pas très surprenante, évidemment. L’idée d’écrire des scénarios de film ne m’avait jamais vraiment effleuré l’esprit. Jusqu’à ce moment-là, je mangeais du cinéma, j’avais pris tous les cours qui m’avaient été offerts en cinéma, mais dans ma tête, il s’agissait-là d’une industrie inatteignable et de crève-faim, pas du tout un choix de carrière envisageable et, donc, à faire une croix dessus avec un Sharpie à pointe extra-large. (Les choses n’ont pas changées : il s’agit toujours d’une industrie très difficile, mais parfois on se découvre des passions qu’on ne peut tout simplement pas ignorer.)

D’autre part, la novella que j’avais écrite me faisait réaliser que mon écriture était beaucoup trop atmosphérique et que trop peu de choses s’y passaient. En lisant sur la scénarisation, je me suis vite rendu compte que cette forme d’écriture était complètement à l’opposé de mon style d’écriture à ce moment-là. J’ai vite conclu que ce serait un exercice intéressant pour moi de tenter une version scénarisée de ma novella, car ça me forcerait à aller au-delà de l’atmosphérique et de mon style beaucoup trop “intérieur”. La scénarisation a en effet bel et bien fait évoluer mon écriture et ce, bien au-delà de mes attentes originales : j’ai graduellement appris à allier “intérieur” et “extérieur”, les deux envers de la médaille de la quête du protagoniste.

Créer une bonne première impression

J’ai tôt appris l’importance de formater correctement le scénario, surtout aux yeux de l’industrie américaine. Les lecteurs des maisons de production là-bas se cherchent toutes les défaites possibles pour éliminer des scénarios et faire descendre les hautes piles sur leur bureau. Tout ce qui semble amateur de par sa présentation ne peut que nuire au projet. Et comme on ne peut contrôler l’humeur dans laquelle ces lecteurs lisent notre scénario, aussi bien contrôler ce qu’on peut contrôler. Je me suis procuré la Screenwriter’s Bible de David Trottier, une excellente référence pour apprendre les bases.

Word ou un logiciel spécialisé?

J’ai ensuite créé des macros dans Word pour que la mise-en-page soit impeccable (les paramètres sont décrits dans la bible de Trottier, mais on peut également les trouver sur le Web via une recherche Google comme “screenwriting macros Word”). J’ai écrit de la sorte pendant 1 an ou 2, puis je me suis convertie à Final Draft, un des logiciels de scénarisation les plus courants, avec Movie Magic. Les deux offrent des fonctionnalités poussées, entre-autres, de collaboration avec d’autres scénaristes. Ces logiciels sont-ils absolument cruciaux pour vendre un scénario? Non. Le logiciel ne fait pas le scénariste. Mais il est un outil agréable à utiliser et qui facilite la tâche.

Un bon endroit pour se procurer une copie de Final Draft, que ce soit la nouvelle version (pas nécessaire) ou une version antérieure (qui fait très bien l’affaire — j’utilise encore FD6, une version très stable) : Ebay.

Nota bene, très très bene : Alors que la présentation d’un scénario est importante, car on n’a qu’une chance de faire une bonne première impression, ceci n’est vraiment que la très fine pointe de l’iceberg et il faut rapidement évoluer au-delà du format et se concentrer sur l’essentiel : écrire une histoire qui séduira le lecteur. Car en bout de ligne, c’est tout ce qui compte.

La meilleure arme du scénariste en devenir

Un des meilleurs outils — sinon le meilleur — pour apprendre à scénariser consiste à lire des scénarios qui ont été acquis et/ou produits. Sont-ils tous écrits d’un style divin digne d’un Pulitzer? Non. Et certains sont même exécrables au point de vous donner le goût de vous rincer les yeux à l’eau de Javel. Mais ils comportent tous des mérites quelconques (une intrigue bien ficelée, un impact émotif, une prémisse commerciale, une base de fans préétablie), des mérites qui ont réussi à convaincre un producteur d’investir des efforts importants, des années durant, jusqu’à ce que le projet voit la lumière d’un projecteur. C’est bien le but, non?

Mais où donc trouver ces merveilleux scénarios, surtout si on n’est pas chum avec l’assistant de producteur X, en mesure de nous refiler des copies en douce?

Jusqu’à récemment, il existait de bonnes bibliothèques de scénarios en-ligne, mais un studio américain a lancé une poursuite judiciaire pour bannir toute diffusion non-autorisée au grand public de leur propriété intellectuelle, forçant, il semblerait, plusieurs de ces sites à fermer leur porte. Drew’s Script-o-rama semble tenir toujours le coup (moyennant un bombardement de pubs pop-up…).

Plusieurs scénarios sont publiés en format livre et, si ce n’est déjà le cas, j’imagine que plusieurs le seront bientôt en version Kindle & compagnie.

Le scénario du film About a Boy est un de mes préférés et je ne me lasse de le relire. Aussi à ma liste de scénarios vraiment très bien écrits et inspirants : Sense and Sensibility, Stranger than Fiction, The Matrix, Four Weddings and a Funeral, You Can Count on Me et Les Invasions barbares.

Des scénarios gratos

Récemment, afin de mousser leur campagne marketing pré-Oscars, certains studios ont volontairement publié sur l’Internet leurs scénarios en lice. Le cinéaste David Eng (Montréal/Toronto) a publié une liste de ces scénarios sur son excellent blogue Chino Kino, que je vous recommande, d’ailleurs. Cette liste est un très bon point de départ pour une belle éducation gratuite.

Sur ce, bonne lecture et bon affilage de plume.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s